Summary of the demonstration against Secret Trials, in Ottawa on 8 November 2004 and the appearance at the Federal Court of Appeal in Ottawa on the constitutionality of security certificates

LAST WEEK on November 8th at the Federal Court of Appeal in Ottawa, there was an appeal hearing for Adil Charkaoui on the constitutionality of the security certificates. While the three judges heard the arguments from both sides, around 30 people demonstrated against what is increasingly referred to as a "kafkaesque" procedure, as well as showing their solidarity with the five victims of the secret trials.


(Gazette, 7 November 2004)

The moment that the demonstration got started, people saw five ghosts wandering through the crowd and the media who were attending the event. Each ghost represented one of the rights which had disappeared well before the introduction of the security certificates, and the events of September 11th: the presumption of innocence, a fair trial, access to the evidence used against the individual, the protection against torture, the right to appeal.

Michael Bossin, a law student at the University of Ottawa, denounced the security certificates due to its profound procedural bias, as the evidence remains secret, and there is no possibility for the defense to cross-examine the witnesses. His colleague speaking with him, Chantal Tie, believing it to be 'more than unfair', added how many judges have even publicly admitted that these trials put them in a very uncomfortable position.

Hind Charkaoui, the sister of Adil Charkaoui, and Sophie Harkat, Mohamed Harkat's wife, both spoke on how the families and those close to the victims of the secret trials, are suffering, and they both reiterated their on going dedication to continue the struggle, that will only end with the abolition of security certificates.

Monia Mazigh, the wife of Maher Arar, spoke next to express her solidarity with the families of the victims of the secret trials: " We are asking that these men have the right to defend themselves", adding that these trials are not appropriate for a country like Canada, with the international scene having an image of it being a open society that defends civil rights.

Riad Saloojee, Director of Council for American-Islamic Relations Canada (CAIR-CAN), who was the final speaker, put the use of security certificates in the context of systematic racism against Arab and Muslim communities and its manifestations through the harassment and profiling of these communities since 11 September 2001.

The demonstration ended on a musical note, with a performance by Dave Bleakney, a member of the Canadian Union Postal Workers, and two members of the Coalition for Justice for Adil Charkaoui.

During this time, inside the Federal Court of Appeal, Johanne Doyon, Adil Charkaoui's lawyer, argued before three judges that the security certificate process (a law from the Immigration and Refugee Protection Act) is unconstitutional, as it violates many fundamental rights in the Canadian Charter of Rights and Freedoms. First of all, the right to a fair and equal trial is violated by having the ex-parte hearings where the judge meets in secret with the Crown attorneys. Judges are supposed to show an appearance of impartiality, but with the secret trials, they are seen more to be an opponent for the defense, and that gives an appearance of injustice.

Doyon also qualified the principal of the secret trials as `Kafkasque`. In effect, the security certificate process doesn't allow cross examinations against the Crown witnesses nor offer any alternative methods to test the secret evidence. She stated that it is not necessary to use secret evidence to prove that someone is a danger to national security. The principal of the Justice system being an independent entity was also put in question because the Minister of Public Security has the power to arrest by signing a certificate. This political power goes too far, and by delegating this judicial power to a minister, the separation between judicial and political power is violated.

Judge Simon Noel of the Federal Court in Montreal violated the right of Adil Charkaoui to be released under bail and to not be denied that right without having a just cause. Judge Noel considered that the criteria for arresting him (having a reasonable doubt to think that someone is a danger for national security) was the same criteria for refusing his release. But there requires a probability of risk to refuse the release. As well, he didn't consider other alternatives to detention.

The only time that the law allows using secret evidence is when there is authorization to do electronic surveillance, or having a warrant -but in these cases there exists a right to appeal, which is not the case with security certificates. The questions the judge should have asked were: Are secret trials necessary? Is there a "rational link" between the measures taken and the threats that these measures are meant to fight? And are these measures acceptable in a "free and democratic" society? Or even, as is the position of the defence, aren't the trials of security certificates a clear violation of the rules of fundamental justice? One must measure the opposing interest of the State in particular.

International law recognizes the fundamental rights of: the right to appeal, the right to cross examine witnesses, and the right to a fair trial. But, Judge Simon Noel disregarded the individual human rights of Adil and international law, and he gave an overwhelming importance to national security. Doyon asked the following questions: "Is it in the interest of Canadian society to treat landed immigrants so poorly?" The question to know is what kind of justice we want in this country. Doyon made a comparison between the immigration process and in the process of a security certificate. In the first case, there are certain judicial controls. In the second case, there are no judicial controls. The trials are to determine only if a certificate is "reasonsable", if there are "reasonable" doubts and if there is a "serious possibility based on suspicions" that there is danger. This could lead to innocent people being deported, thus this law extends an excessive amount, and represents a "considerable blow" to the Constitution.

The fact that Adil is a permanent resident should give him the right to a fair trial, the same as any other Canadian citizen. Permanent residents are even more vulnerable because Canada collaborates with police states. One of the Judges summarized the argument of Doyon on the vulnerability of permanent residents with security certificates by saying "If you don't smile well to CSIS you will have problems…"

Briefly, what Doyon is asking in the name of Adil Charkaoui is the right to a fair trial without secret evidence, just like criminal or civil trials. A judge seemed to wake up and understand the importance of the issue in front of him. He asked: "So, if I understand correctly, you want us to free the detainees and abolish security certificates?!" Doyon humbly answered that she was only asking for the liberation of Adil Charkaoui, but that this should logically lead to the liberation of the others as well…

The Crown prosecutors reacted to Doyon's arguments. One of them first asked if Judge Noel was correct or not, to separate the issues of the certificate from the constitutional issues ("Did he have one or two hats or a big hat?"). He was so not convincing that one judge asked him if he had "an exit door"! Then, another prosecutor took the stand with jurisprudence, and said that it would mean "a 180 degree turn" in closed-door hearings matters if we abolished secret trials. He said that secret evidence was "the exception" because a judge can test the evidence himself during secret hearings and decide if he wants to divulge it. He also made a weird comment saying that since September 11th, the judicial power has to believe the executive branch because it is better informed (and what about the independence of the courts?!).

On the permanent resident status of Adil Charkaoui, the prosecutor said that it was an option for legislators to anticipate situations where we can remove the right of residence for reasons of… national security. About the indefinite detention of Adil Charkaoui, the prosecutor underlined the fact that this detention was pre-emptive and that its goal is to "protect the public" and to ensure that the accused is present in court… To justify the fact that Adil's conditional liberation was denied three times, he said that the danger can't be evaluated because as long as Adil doesn't testify, we are in an absence of facts! He repeated the three questions that the judge-crown-prosecutor Simon Noel asked Adil, of which Doyon said that they include "all of his life", and said that if he testified to say that he is not a threat, "maybe" he would be released… The prosecutor also said that Adil could testify to contradict the evidence (that he doesn't know) to compensate for the absence of a fair trial!

On the question of knowing if the security certificates have extending excessive power because of the vague definition of "motives for believing there is a danger against national security", the prosecutor did not respond to the question of knowing if these trials were "appropriate", he only simple responded that they were "acceptable". The Crown prosecutor, concluded by stating that "it is an imperfect system" but that Doyon was exaggerating! He also spoke of the "creativity" of the defense lawyer.

Doyon replied by saying that the jurisprudence used by the Crown, like those listed by Judge Noel, does not apply in the context of security certificates, and that they were being taken out of their context. Finally, Doyon reminded the court that security certificate trials also violate the law against expulsing people to torture.



Compte-rendu de la manifestation du 8 novembre 2004 à Ottawa contre les procès secrets et de l'audience à la Cour Fédérale d'Ottawa sur la contestation de la constitutionnalité des certificats de sécurité

Le 8 novembre dernier se tenait, à la Cour d'appel fédérale à Ottawa, l'audience sur l'appel quant à la constitutionnalité des certificats de sécurité dans la cause d'Adil Charkaoui. Alors que les trois juges entendaient les arguments des deux parties, une trentaine de personnes ont manifesté leur solidarité avec les cinq victimes des procès secrets, et leur opposition à cette procédure qualifiée par plusieurs de " kafkaesque " (Gazette, 7 novembre 2004).

Au moment où la manifestation se mettait en branle, l'on pouvait observer cinq fantômes déambuler parmi la foule et les médias rassemblés pour l'occasion. Chaque fantôme représentait l'un des droits disparus bien avant l'entrée en vigueur des certificats de sécurité et les événements du 11 septembre 2001 : la présomption d'innocence; un procès juste et équitable; l'accès à la preuve déposée contre nous; la protection contre la torture; le droit d'appel.

Michael Bossin, enseignant en droit à l'Université d'Ottawa, a dénoncé les certificats de sécurité comme étant une procédure profondément biaisée, puisque la preuve demeure secrète et qu'il n'existe pas de possibilité de contre interroger les témoins. Sa collègue Chantal Tie l'a quant à elle qualifiée de " plus qu'injuste ", ajoutant que même des juges ont déjà admis publiquement que ce processus les mettait dans une position très inconfortable.

Hind Charkaoui et Sophie Harkat, respectivement la sœur d'Adil Charkaoui et la femme de Mohamed Harkat, ont toutes deux témoigné de la souffrance vécue par les familles et les proches des victimes des procès secrets, et elles ont réitéré leur engagement à poursuivre leur lutte tant que les certificats ne seront pas abolis.

Monia Mazigh, la femme de Maher Arar, a pris la parole pour affirmer sa solidarité avec les familles des victimes des procès secrets : " Nous demandons que ces hommes aient le droit de se défendre ", ajoutant que cette procédure n'est pas digne d'un pays comme le Canada, dont l'image sur la scène internationale est celle d'une société ouverte qui défend les droits de la personne.

Riad Saloojee, directeur du Council for American-Islamic Relations Canada (CAIR-CAN), est venu finalement replacer l'utilisation des certificats de sécurité dans un contexte de racisme grandissant contre les communautés arabe et musulmane, qui se manifeste par le harcèlement et le ciblage de ces communautés depuis le 11 septembre 2001.

La manifestation s'est terminée sur une note musicale, avec une performance de Dave Bleakney, du Syndicat canadien des travailleurs et travailleuses des postes, et de deux membres de la Coalition Justice pour Adil Charkaoui.

Pendant ce temps, à l'intérieur, Me Johanne Doyon, l'avocate d'Adil Charkaoui, a argumenté devant trois juges de la Cour Fédérale d'Ottawa que le processus des certificats de sécurité (une disposition de la Loi sur l'Immigration et la « Protection » des Réfugiés) est inconstitutionnel, car il viole plusieurs droits fondamentaux inscrits dans la Charte canadienne des Droits et Libertés. Tout d'abord, le droit à un procès juste et équitable est violé par les audiences ex-parte dans lesquelles le juge rencontre en secret les procureurs de la Couronne. Alors que le juge est censé avoir une apparence d'impartialité, les procès secrets font qu'il est plutôt vu comme un opposant pour la défense, ce qui donne une apparence d'injustice.

Me Doyon a aussi qualifié le principe de procès secret de « kafkaïen ». En effet, le processus des certificats de sécurité ne permet pas de contre interroger les témoins de la Couronne et n'offre aucun processus contradictoire pour tester la preuve secrète. Elle a affirmé qu'il n'est pas nécessaire d'utiliser des preuves secrètes pour prouver que quelqu'un est un danger pour la sécurité national.

Le principe de l'indépendance de la justice est aussi mis en cause car le ministre de la Sécurité Publique a un pouvoir d'arrestation en signant le certificat. Ce pouvoir politique va trop loin et en déléguant ce pouvoir judiciaire au ministre, la séparation des pouvoirs judiciaire et politique est brisée.

Le juge Noèl de la Cour Fédérale de Montréal a violé le droit d'Adil Charkaoui d'être libéré sous caution et de ne pas en être privé sans juste cause. Le juge Noèl a considéré que le critère d'arrestation (les doutes raisonnables de croire que la personne est un danger pour la sécurité nationale) était le même que le critère pour refuser la libération. Pourtant, il faut qu'il y ait une probabilité de risque pour refuser la libération. De plus, il n'a pas considéré les moyens de rechange à la détention.

Les seuls cas où la loi permet l'utilisation de preuves secrètes est pour les autorisations d'écoute électroniques ou de mandat, mais dans ces cas il existe un droit d'appel, contrairement aux certificats de sécurité. Les questions qu'il aurait dû poser étaient : est-ce que les procès secrets sont nécessaires? Y a-t-il un « lien rationnel » entre les mesures prises et la menace que ces mesures sont censées contrer? Et ces mesures sont-elles acceptables dans une « société libre et démocratique »? Ou bien, et c'est la position de la défense, est-ce que le processus des certificats de sécurité ne sont pas une violation claire des règles de justice fondamentale? Il faut mesurer les intérêts opposés de l'État et du particulier.

Le droit international reconnaît les droits fondamentaux suivants : le droit d'appel, le droit de contre interroger les témoins et le droit à un procès équitable. Or, le juge Simon Noèl a fait fi des droits humains individuels d'Adil et du droit international et il a accordé une importance « indue » à la sécurité nationale. Me Doyon posa la question suivante : « Est-ce que l'État canadien a intérêt comme société à traiter si mal les immigrants reçus? » La question est à savoir quelle justice nous voulons dans ce pays.

Me Doyon a fait une comparaison entre les processus d'immigration et le processus des certificats de sécurité. Dans le premier cas, il y a certains contrôles judiciaires. Dans le second cas, il n'y a aucun contrôle judiciaire. Il s'agit simplement de déterminer si le certificat est « raisonnable », si les doutes sont « raisonnables » et s'il y a une « possibilité sérieuse basée sur des soupçons » qu'il y a un danger. Cela peut mener à l'interdiction de territoire pour des innocents, donc cette loi a une portée excessive et représente une « considérable atteinte » à la Constitution.

Le fait qu'Adil soit un résident permanent devrait lui donner le droit d'avoir un procès équitable, au même titre que n'importe quel citoyen canadien. Les résidents permanents sont d'autant plus vulnérables étant donné que le Canada collabore avec des régimes policiers. Un des juges résuma l'argument de Doyon sur la vulnérabilité des résidents permanents face aux certificats de sécurité en disant : « Si on sourit pas bien à CSIS, on a des problèmes… »

Bref, ce que Me Doyon demande au nom d'Adil Charkaoui est le droit à un procès juste et équitable sans preuve secrète, tout comme les procès criminels ou civils. Un juge a semblé se réveiller et comprendre la taille de l'enjeu devant lui. Il a demandé : « Mais alors, si je comprend bien, vous voulez qu'on libère tous les détenus et qu'on abolisse les certificats de sécurité?! » Me Doyon a répondu humblement qu'elle demandait juste de libérer Adil, mais que cela entraînait logiquement qu'il fallait libérer les autres aussi…

Les procureurs de la Couronne ont réagit à la présentation de Me Doyon. Tout d'abord, l'un d'eux a demandé si le juge Noèl avait raison ou non de séparer les questions du certificat des questions constitutionnelles (« Est-ce qu'il avait un ou deux chapeaux ou un grand chapeau? »). Il était tellement pas convainquant qu'un des juges lui a demandé s'il avait « une porte de sortie »!

Ensuite, un autre procureur a pris la relève avec des jurisprudences et en disant que ce serait « un virage à 180 degrés » en matière de hui-clos si on abolissait les procès secrets. Il a affirmé que les preuves secrètes étaient « l'exception » car lors des audiences secrètes le juge peut tester lui-même la preuve et décider d'en divulguer. Il a aussi fait un drôle de commentaire comme quoi depuis le 11 septembre, le pouvoir judiciaire doit croire l'exécutif car celui-ci est mieux informé (et l'indépendance là-dedans?!).

Par rapport au statut de résident permanent d'Adil Charkaoui, le procureur a affirmé qu'il est « loisible pour le législateur de prévoir des situations où on peut enlever le droit de résidence » pour des raisons de… sécurité nationale. Quant à la détention indéfinie d'Adil, le procureur a souligné le fait que cette détention est préventive et que sont but est de « protéger le public » et d'assurer que l'accusé soit présent en cour… Pour justifier le fait qu'Adil se soit fait nier sa liberté sous caution à trois reprises, il a affirmé que le danger ne pouvait pas être évalué car tant qu'Adil ne témoignait pas, on était dans un « vide factuel »! Il a répété les trois questions que le juge-procureur de la Couronne Simon Noèl a posées à Adil, qui selon Doyon incluent « toute sa vie », et affirmé que s'il témoignait comme quoi il n'était pas une menace, « peut-être » qu'il serait libéré… Le procureur a aussi dit qu'Adil pourrait témoigner pour contredire des preuves (qu'il ne connaît pas) afin de compenser pour l'absence d'équité du processus!

Sur la question à savoir si les certificats de sécurité ont une portée excessive à cause de la définition trop vague de « motifs de croire qu'il y a un danger pour la sécurité nationale », le procureur n'a pas répondu à la question de savoir si un tel processus était « approprié », il a simplement affirmé que c'était « acceptable »… Le procureur de la Couronne a conclu en affirmant que « c'est un système imparfait », mais que Me Doyon exagère! Il a aussi parlé de la « créativité » de l'avocate de la défense.

Me Doyon a répliqué en disant que les jurisprudences utilisées par la Couronne comme celles citées par le juge Noèl ne s'appliquaient pas au contexte des certificats de sécurité et qu'elles étaient prises hors de leur contexte. Enfin, Me Doyon a rappelé le processus des certificats de sécurité ne violait aussi le droit à un recours effectif contre l'expulsion vers la torture.

Coalition Justice pour Adil Charkaoui
tél. (514) 859-9023
justiceforadil@riseup.net
www.adilinfo.org


Comments to : shunpike@shunpiking.org
Copyright New Media Services Inc. © 2004. The views expressed herein are the writers' own and do not necessarily reflect those of shunpiking magazine or New Media Publications.